La psychologie de la peur et la science du poker

Publié le : 24 mai 20224 mins de lecture

Dans le monde du poker, les apparences peuvent souvent faire la différence entre une main gagnante et une main perdante. Lorsqu’elles bluffent, certaines personnes tentent de paraître suprêmement confiantes pour compenser le fait que leurs mains sont « pourries ». Cela a pour effet de décourager les autres joueurs de vous défier pour la propriété du pot. Cependant, d’autres préfèrent utiliser la peur et l’anxiété comme armes, intimidant froidement leurs collègues joueurs pour qu’ils abandonnent leur position de force. Il y a un élément psychologique profond chaque fois que quelqu’un bluffe à la table de poker. Il peut parfois y avoir un élément encore plus profond de peur et d’anxiété derrière le bluff, tant pour celui qui bluffe que pour ceux qui sont visés.

Certaines personnes prétendent qu’elles peuvent pratiquement sentir l’anxiété de quelqu’un qui s’est laissé entraîner dans un bon bluff. Pour certains joueurs, la peur et l’anxiété sont des outils idéaux pour le bluff, car elles jouent sur certains des instincts les plus anciens de la psyché humaine. Lorsqu’ils sont saisis par l’anxiété, les gens ont tendance à perdre leur capacité à évaluer objectivement et clairement une situation et à prendre de bonnes décisions. Comme tout professionnel du poker vous le dira, l’incapacité d’analyser la situation qui se présente à vous est une mauvaise situation pour un joueur de poker. Ajoutez à cela le stress d’un pot à haut risque et d’un adversaire imposant et la plupart des joueurs moins expérimentés craqueront probablement sous la pression. Comme pour toutes les stratégies de poker, il existe plusieurs façons de parvenir à instiller la peur et l’anxiété à vos adversaires pendant une partie.

La méthode la plus courante utilisée pour inspirer la peur et l’anxiété consiste à établir une « réputation » ou une « image ». Cette technique peut être à long terme ou à court terme, bien que la plupart des joueurs essaient d’utiliser les deux approches. La technique à court terme consiste à se présenter comme un joueur dangereux à la table à laquelle on joue actuellement. Cela peut impliquer de relancer et de suivre constamment, même lorsque les chances de gagner semblent être contre vous. Si vous vous présentez comme un joueur agressif, vos adversaires ne voudront pas prendre le risque d’aller à l’encontre de vos appels, surtout si vous avez gagné la plupart des mains jouées. Vous pouvez également vous présenter comme un joueur imposant, car les apparences jouent souvent un rôle important dans la façon dont un joueur de poker « lit » quelqu’un.

À long terme, la peur et l’anxiété peuvent être inculquées par l’utilisation de la réputation ou du dossier d’une personne. Cette méthode est beaucoup plus subtile, car elle consiste simplement à tirer le meilleur parti de ce que les autres joueurs pensent de votre jeu de poker. Par exemple, un joueur qui a la réputation d’avoir un jeu serré peut soudainement jouer avec une agressivité extrême et presque téméraire. Cela a pour effet de prendre les autres joueurs au dépourvu et, pendant qu’ils adaptent leurs stratégies pour y faire face, vous pouvez choisir de maintenir votre agressivité ou de vous mettre en position défensive une fois que vous avez réussi à obtenir un nombre important de jetons.

La psychologie peut également jouer un rôle dans le choix des stratégies à employer à une table de poker. Selon certains théoriciens, les mécanismes du poker tendent à favoriser les personnes qui sont analytiques et auto-analytiques, principalement parce que la connaissance de ses forces et de ses faiblesses est cruciale pour jouer au poker avec succès. Ainsi, une personne qui est capable de comprendre ses propres tendances psychologiques peut généralement être mieux équipée pour faire face aux niveaux élevés de stress liés à l’analyse et à la ré-analyse des gens au cours d’une partie.

À découvrir également : Astuces et règles de tournois de poker

Plan du site